environnement

A l’occasion des Assises européennes de la transition énergétique, l’Eurométropole de Strasbourg représentée par Alain Jund, vice-président en charge de la transition énergétique, s’est vu remettre fin janvier, à Dunkerque, deux récompenses en matière d’énergies renouvelables de la Ligue EnR : les prix « tous usages de l’énergie » et « électricité » dans la division plus de 100 000 habitants.

Fin 2014, plus de 14 % de l’énergie consommée était fournie par les énergies renouvelables sur le territoire de l’Eurométropole. Il s’agit principalement de l’hydraulique (pour les 2/3) mais également de la biomasse, de 360 pompes à chaleur (géothermie sur nappe) sans oublier 80 000 m2 de panneaux solaires. L’objectif de l’Eurométropole de Strasbourg est d’intensifier l’effort afin de doubler cette part dans les prochaines années.

Plusieurs projets significatifs contribuent d’ores et déjà à cet objectif :

  • la production de biogaz à partir des eaux usées : projet Biovalsan permettant de répondre aux besoins en énergie de 5 000 logements BBC depuis septembre dernier ;
  • la centrale biomasse du Wacken qui couvrira 87 % des besoins en chaleur du quartier (dès septembre 2016) ;
  • la centrale biomasse installée sur le Port autonome et alimentant à terme 17 000 équivalent-logements par 70 % d’énergies renouvelables (septembre 2016) ;
  • la ZAC Etoile : 90 logements alimentés par des pieux de fondation géothermiques (2016) ;
  • la tour à énergie positive Elithis (65 logements – solaire pour 2017).

Cette dynamique est également le fruit d’une charte entre la collectivité, les promoteurs, les bailleurs et les aménageurs qui fixe cet objectif minimal de 30 % d’énergies renouvelables dans toutes les opérations d’aménagement.

D’autres projets dans le domaine du solaire sont à l’étude alors que la géothermie profonde doit se concrétiser dès 2016.

Haut