Issu de l’initiative Start up de Territoire, le projet “Des Étoiles et des Femmes” a vu le jour au printemps de cette année. Nous avons eu la chance d’interviewer Betty Didierjean, une des porteuse très engagée du projet.

« Des Étoiles et Des Femmes », quel est ce projet que vous portez ?

C’est un projet d’insertion professionnelle à destination de femmes éloignées de l’emploi et ayant une forte appétence pour la cuisine. L’opportunité innovante pour les femmes sélectionnées est de pouvoir bénéficier d’une formation en alternance diplômante (CAP Cuisine) auprès des meilleurs chefs de Strasbourg.

Comment est née cette initiative solidaire ?

Ce programme d’excellence, inspiré par Alain Ducasse (Femmes en avenir de 2011 sur Sarcelles), a déjà été essaimé dans 6 territoires depuis 2015 (Marseille, Arles, Montpellier, Bordeaux, Nice, Paris). Porté dans son déploiement par la Table de Cana, il a déjà permis de faire la preuve de son efficacité à travers des résultats d’impact social importants en France : 96 % de réussite au CAP, 71 % de retour à l’emploi en moyenne, six mois après la formation. 

Avec un ensemble de 150 femmes coachées et 100 femmes formées ou en cours de formation et un réseau de 150 chefs prestigieux engagés partout en France, le projet s’étend à Strasbourg avec une cohorte de 12 femmes qui ont commencé au printemps 2019 pour terminer l’année prochaine.

Quels sont les défis que vous avez rencontrés concernant la mise en place à Strasbourg?

Ce programme de formation inédit mêlant exigence, excellence et insertion est une innovation sociale sur notre territoire et a nécessité l’engagement clair d’une équipe pour mobiliser les acteurs du territoire : acteurs de la formation et de l’insertion, acteurs publics et chefs gastronomiques.

Nous avons travaillé fort pour convaincre de la pertinence du programme, pour sélectionner les femmes participantes et surtout, pour l’ensemble de la coordination des étapes du projet.

La rencontre de ces deux mondes : des chefs étoilés et des femmes motivées à être formées au métier est par essence une innovation.

Ce programme est une démarche d’innovation sociale pleine et entière sur le territoire de l’Eurométropole de Strasbourg car il répond à l’enjeu majeur de l’emploi des femmes au chômage sur un territoire où la gastronomie est le premier secteur employeur aujourd’hui !

 

Betty Didierjean

La mise en place de ce projet nécessite beaucoup de ressources, quels partenaires se sont engagés aux côtés des “Étoiles et des Femmes” ?

Le projet a vu le jour au mois de mai dernier sous l’impulsion de Start Up de Territoire Alsace et regroupe les Bistrots Gourmands du Rhin qui représente le porteur principal du projet avec le Lycée Hôtelier Alexandre Dumas d’Illkirch, le Greta Strasbourg Europe, la Région Grand Est et Pôle Emploi. 

Au terme d’un processus de plusieurs mois, 12 femmes très motivées, souvent sans diplôme, issues de quartiers défavorisés ont été sélectionnées et seront accompagnées pour un parcours d’excellence conjuguant qualification professionnelle et accompagnement à l’emploi. Les cuisines de 12 restaurateurs comptant parmi les plus prestigieux du territoire de Strasbourg sont également participants :

la Casserole, la Cuiller à pot, la Maison des Tanneurs, le 1741, le Buerehiesel, le Colbert, le Pont Tournant (Hôtel Régent Petite France), les Haras, Terroir & Co (Hôtel Sofitel), la Vignette de la Robertsau, l’Ecrin des Saveurs et le Santa Elena.

Pendant 10 mois, ces douze femmes pourront évoluer dans leur formation en alternance (trois jours en cours avec Greta et le Lycée Hôtelier et deux jours dans la cuisine de leur maître de stage). Au terme de la formation, les restaurateurs se sont engagés à embaucher les “étudiantes formées” pour un contrat de six mois.

Le programme offre aussi tout un accompagnement social personnalisé pour aider ces femmes à régler leurs problématiques de garde d’enfants, de logement, de mobilité, tout comme du coaching personnel et professionnel permettant de sécuriser les parcours de formation et les emplois qui leur sont d’emblée réservés au sein des établissements partenaires.

Maintenant que le projet est lancé, quels sont les prochains développements dont vous rêvez  pour « Des Étoiles et Des Femmes » ? 

  • Pour une nouvelle impulsion nous aimerions mettre en place l’arrondi lors du paiement de la facture dans les restaurants partenaires. Les fonds ainsi collectés serviront notamment à pérenniser la coordination mais aussi de renforcer notre communication. 
  • Nous souhaitons mobiliser de nouveaux talents au service de la solidarité mais également que le programme prenne de l’ampleur et qu’il touche le plus de femmes possibles. Dans ce sens, l’association Les Bistrots Gourmands du Rhin agit pour la mixité et l’emploi pour tous, dans un secteur d’activité qui propose des offres d’emplois régulières pour couvrir des besoins professionnels importants sur le territoire de l’Eurométropole de Strasbourg. 

Votre engagement est très fort dans ce projet, pouvez-vous nous parler un peu de vous ?

Après 30 ans dans le secteur bancaire en tant que Responsable de Communication Interne et Référent Handicap, j’ai choisi de prendre ma retraite et d’y apporter du sens. Donner de meilleures conditions de vie à des femmes éloignées de l’emploi mais aussi à celles de leur famille a été mon moteur pour m’investir dans un projet comme « Des Étoiles et Des Femmes ». C’est grâce à la dynamique bienveillante de Start Up de Territoire Alsace que j’ai connu ce projet qui m’a immédiatement touché. Aujourd’hui l’équipe est composée de 4 personnes, l’idée s’est concrétisée, et c’est une belle aventure qui se déroule depuis avril 2018.  

Mon rêve était de permettre à des mondes éloignés (celui de la gastronomie et de l’insertion) de se rencontrer, pour répondre à une grande ambition soit : d’offrir à toutes les femmes motivées une chance de réaliser une carrière dans la gastronomie. 

Interview réalisée par Laetitia Koenig pour Europtimist, Crédit photo : Des étoiles et des femmes