Voilà 2 ans que Quentin Seyeux a créé Marmelade Alsace. Tous les jours, il sillonne les rues de Strasbourg sur son vélo cargo pour livrer, directement chez eux, les produits artisanaux et de saison en provenance, aux strasbourgeois. Pour cela il travaille en lien direct avec plus d’une soixantaine de producteurs, artisans et commerçants fournisseurs.

Pendant le confinement, il n’a pas chômé. On pourrait même dire que sa devise « se rendre utile et rendre service autant que possible » a pris une nouvelle dimension.

Un mouvement de solidarité pendant le confinement

Avec la fermeture des marchés de la ville, de nombreuses personnes, notamment des personnes âgées sans moyen de déplacement, ne pouvaient plus s’approvisionner chez les producteurs. Ces mêmes producteurs, essentiellement installés à l’extérieur de la ville, ne pouvaient plus écouler leur production. Marmelade Alsace, plus encore que d’habitude, a joué son rôle de passerelle pour réunir les deux publics.

Pour cette jeune entreprise, le hasard a bien fait les choses. Un article éditorial présentant l’entreprise et un nouveau partenariat avec la ferme Obrecht était paru dans les Dernières Nouvelles d’Alsace, le dimanche précédent le confinement. Les réseaux sociaux et le bouche à oreille ont fait le reste. En deux mois l’activité a été multipliée par 4.

Quentin Seyeux, créateur de Marmelade Alsace à Strasbourg

S’adapter pour répondre à la demande

Pour répondre à la demande croissante, l’étude de marché s’est imposée d’elle-même. Quentin a rapidement su s’adapter et adapter son offre, la seule solution pour développer son activité : extension de la zone de livraison et diversification des modes de livraison, frais de livraison offerts, ouverture d’un point de retrait en drive et d’un point de retrait en click & collect, nouveaux moyens de commande.

Quotidiennement, 1 tonne de marchandises périssables transitent dans les locaux de Marmelade Alsace. Réception, organisation, répartition des commandes, livraison ou retrait : 4 étapes bien rodées mais pour lesquelles Quentin, Geoffrey et Tom se sont vite retrouvés dépassés. Il fallait recruter, vite ! Il fallait trouver de nouveaux moyens de livraison, vite ! 4 salariés en CDD ont rejoint l’équipe.

De son côté la toute jeune association Sikle, ses deux créateurs et leurs deux vélos cargo, se sont retrouvés, du jour au lendemain, sans activité. Habituellement ils collectent les déchets chez les restaurateurs. Et c’est ainsi que l’équipe de 7 est passée à 9.

Des gestes barrière bien respectés

C’est masqués, équipés de gel hydroalcoolique et bien renseignés par le corps médical que chacun a participé au développement de l’activité et que tous les gestes barrière ont été scrupuleusement respectés.

Depuis 2 mois, les livraisons ne passent plus de main à la main, mais sont déposées au pied de l’immeuble en sans contact. En drive, les produits sont déposés dans le coffre ouvert des voitures et en click & collect, Camille du restaurant, laiterie, épicerie Pour de bon, remet les commandes à l’entrée.

Le développement n’aurait été possible sans l’appui de « A chacun son Box » dans laquelle l’entreprise stocke ses marchandises. Encore une histoire de solidarité ! En effet, c’est grâce à la souplesse de son loueur que Quentin a pu mettre en place un drive, installer des frigos supplémentaires, laisser sa nouvelle équipe circuler dans les locaux, louer une camionnette.

Un développement pour une success story du confinement

Mais le développement concerne aussi le catalogue de produits et donc le nombre de producteurs référencés. Tous les jours, de nouveaux producteurs ont demandé à être référencés.
Et c’est grâce à Marmelade Alsace que certains producteurs ont pu maintenir leur niveau d’activité, maintenir des emplois.

« Ma plus belle récompense c’est d’avoir reçu un mail de remerciement d’un producteur qui a sauvé ses emplois. Je suis fier d’apporter mon soutien à l’économie locale en favorisant la consommation en circuit court. »

En travaillant en période de confinement l’équipe a rencontré quelques péripéties.

La plus belle : Avec un timing parfait, Tom a livré une cliente qui habite à Kehl au milieu du pont de l’Europe, chacun derrière sa frontière marquée par un cône, pour s’échanger les courses sous le regard attentif des forces de l’ordre.

Et pour l’après confinement ?

Pour la suite, Quentin espère pouvoir maintenir les emplois créés, le drive sera également maintenu et les points de retrait en click & collect seront multipliés. Mais d’abord un déménagement se profile pour le mois de juin dans des locaux de 200 m2. Une boutique doit également voir le jour.

Affaire à suivre.