L’appel à la générosité et à la solidarité lancé par l’AFGES pour venir en aide aux étudiants strasbourgeois a été entendu.

Beaucoup de petits boulots tellement utiles voire nécessaires aux étudiants ont été supprimés en raison de la pandémie de Covid19.

A Strasbourg, comme dans d’autres villes de France, c’est autant d’étudiants qui ont été précipités dans la précarité, dans la faim et sont particulièrement fragilisés. Toutefois, jour après jour, les actions de solidarité se sont organisées.

Des entreprises mobilisées dans un élan de générosité

A Strasbourg, les entreprises ont été généreuses pour venir en aide aux étudiants et assurer à l’AFGES, fédération des étudiant-e-s d’Alsace, la possibilité de reprendre la distribution, tous les mercredis depuis début novembre, de produits de première nécessité, alimentaires et d’hygiène.

Top Music, radio de proximité et première radio régionale en Alsace, n’a pas hésité à relayer le message.

Un message entendu par la société Moulins Advens, l’un des plus importants moulins de France, situé sur le port autonome de Strasbourg. L’entreprise s’est associée à son transporteur DB Schenker pour donner et livrer 2 tonnes de farine à l’AFGES à destination des étudiants de Strasbourg.

Je me souviens de mes années d’étudiant et je pense à mes enfants qui ont suivi leurs études à Strasbourg. Je suis bien conscient que boucler son budget pour un étudiant est difficile, tout particulièrement en ce moment. C’est tout naturellement que cette année, outre un don à la Banque Alimentaire, les Moulins Advens ont souhaité aider cette population fragile.

Lionel Chevrier, dirigeant des Moulins Advens

La Société Générale a également été généreuse. Acteur local et soutien des acteurs économiques alsaciens depuis près de 140 ans, la Société Générale s’est engagée dans une forte démarche RSE pour accompagner les transformations positives des sociétés et des économies.

Nous voulons apporter des solutions innovantes et responsables qui aient un impact positif. A ce titre, nous sommes partenaires de la Fondation de l’Université de Strasbourg depuis une dizaine d’années. Notre engagement porte sur le soutien du développement de la recherche et de la formation scientifique à Strasbourg. En cette fin d’année nous avons décidé de soutenir plus particulièrement les étudiants en difficulté parce qu’ils sont les acteurs économiques de demain et que cette population souffre plus particulièrement des conséquences de la crise actuelle. Un chèque de 30.000 € a été remis à la Fondation de l’Université de Strasbourg via notre Centre d’Affaires Régional Alsace Lorraine.

Olivier Bonnefond, Directeur Régional du Centre d’Affaires Régional Alsace-Lorraine Société Générale
Remise d'un chèque par la Société Générale à l'AFGES Strasbourg

Et parce que chaque initiative compte, pêle-mêle et de façon non exhaustive, on peut également citer :

  • La boucherie Christine Spieser a préparé et offert 298 terrines
  • La brasserie Météor offre depuis le 23 novembre et tous les lundis jusqu’aux congés de Noël 300 tartes flambées aux 300 premiers étudiants sur présentation de leur carte d’étudiant
  • Senfa Technologies a fait un don de 6 000 masques
  • Super U a offert 500 bouteilles de lait
  • Carrefour City Strasbourg Schluthfeld a fait de plusieurs centaines de produits alimentaires et plus de 6100 protections hygiéniques
  • Georges Colin livre 3 palettes de produits alimentaires

Des dons anonymes qui comptent

Au-delà des restaurants, commerçants et entreprises, l’appel à la générosité et à la solidarité de l’AFGES a également été entendu par de nombreux strasbourgeois : des gestes de solidarité anonymes qui font chaud au cœur.

200 euros par ici, un panier de courses par là ou la commande de plats « suspendus ».
L’initiative des plats « suspendus » est née d’une conversation entre Fanny Fuchs, dirigeante du restaurant Il Girasole à Strasbourg, et Anissa, bénévole pour l’association Les Vélos du cœur.

Le concept est simple : c’est l’adaptation du café suspendu qui existe depuis très longtemps dans la profession de l’hôtellerie-restauration ; le client achète un plat et en paye un second « suspendu » et offert à un étudiant en grande difficulté.

Le cœur de Strasbourg bat grâce à ses acteurs. En 15 jours, nous avons distribué 150 plats « suspendus ». C’est en étant solidaires et en s’entraidant qu’on arrivera à sortir de cette crise. J’espère que la générosité des anonymes nous permettra de poursuivre l’opération jusqu’à Noël et créera un cercle vertueux dans lequel d’autres restaurants vont s’engager.

Fanny Fuchs, dirigeante du restaurant Il Girasole

Le Café de l’Opéra et le Graffalgar, deux autres hôtels-restaurants strasbourgeois proposent également des plats « suspendus ».

Le CROUS suit les décisions gouvernementales

Conformément à la demande du Premier Ministre, Jean Castex, le CROUS de Strasbourg a mis en place pour les étudiants boursiers un tarif spécial depuis la rentrée de septembre : un plat complet et équilibré pour 1 euro.

Une fois encore, les entreprises du territoire ont montré leur engagement et un vrai mouvement de solidarité s’est mis en place.

Date de publication : 16 décembre 2020

Crédits photos : documents remis