Hélène Cascaro est résoptimist. Elle a quitté Paris pour vivre à Strasbourg en 2014 ! Elle nous raconte sa passion pour la culture et son « europtimisme »

Parisienne installée à Strasbourg depuis maintenant 7 ans, je suis devenue naturellement Résoptimist. Je suis mobilisée pour promouvoir la vie culturelle de cette Eurométropole, et croyez-moi, elle est riche !

Le centre-ville de Strasbourg classé au Patrimoine mondial de l’Unesco

En période de confinement strict, j’ai pu profiter abondamment du centre-ville médiéval et XVIIIe, autour de la cathédrale de grès rose, mais également du quartier construit par les Allemands, la Neustadt, aux proportions impressionnantes, classée Patrimoine de l’Unesco, avec le quartier Petite France.

Le patrimoine n’est pas le seul atout culturel de la ville.

Strasbourg est une ville culturelle

Sa vie théâtrale (lorsqu’elle reprendra) est exceptionnelle :

le TNS, scène nationale, comme le Maillon programment les spectacles vus à Avignon quelques mois auparavant et s’intéressent aux questions de société et d’accès pour tous les publics.

L’Opéra du Rhin, qui se déploie également à Mulhouse et Colmar, s’adresse de manière très vivante tous ses publics et et à tous ceux qui auraient de la curiosité pour cet art. Pour les plus jeunes, trois théâtres, dont le TJP, assurent des spectacles exigeants, drôles et sensibles, et grand public. Du côté des arts visuels, le réseau des 10 musées de la ville répond à toutes les attentes, en fonction des goûts.

Mon préféré, en tant que nouvelle arrivante, est et demeure le musée Alsacien, qui mêle adroitement vie traditionnelle et enjeux de design contemporain. Ou bien le musée Tomi Ungerer, du célèbre illustrateur satirique et au coup de plume merveilleux.

Cinémas, festivals, expositions, galeries

4 cinémas d’art et d’essai pour les cinéphiles mettent d’entrée de jeu la barre très haute en termes de sorties et de preview. Des festivals comme Augenblick (le jeune cinéma allemand et suisse) ou le Festival du film Fantastique proposent des focus de qualité sur des thèmes séduisants.

L’illustration est l’un des points forts de la ville, haut lieu de l’écrit (c’est la ville de Gutenberg !).

Le festival Central Vapeur essaime partout, au printemps, ses concours de dessins et autres salons de micro-édition. La troisième école d’art de France, la HEAR (Haute école des Arts du Rhin) contribue par ses manifestations et la présence de ses étudiants à créer l’émergence sur le territoire.Son espace d’exposition, La Chaufferie, met en valeur aussi bien les jeunes diplômés que des artistes invités.

Des friches industrielles, SNCF, comme au Bastion, ou économiques, comme à la Coop, revitalisent des quartiers entiers et attirent les artistes, qui partagent atelier, regard et passions le temps des Ateliers ouverts en mai.

Plusieurs galeries d’art, d’AEDAEN à la galerie Iffrig ou Bertrand Gillig, en passant par la galerie Bamberger ou la Galerie de la pierre large accueillent les amateurs d’art contemporain. Strasbourg s’inscrit aussi pleinement dans les Journées européennes de l’Architecture, le festival de l’architecture transfrontalier, qui permet à tous les amateurs de rencontrer des Pritzker price, de découvrir leur ville à vélo et de visiter les chantiers en cours.

La photographie n’est pas oubliée non plus avec deux centres d’art dédiés, la Chambre et Stimultania.

Et si vous avez envie de lire quelques critiques pour vous faire un avis, consultez mon blog « La petite musique des vendredis » pour prendre une longueur d’avance !

Auteur : Hélène Cascaro

Date de publication : 4 mai 2021

Crédits photo : Bartosch Salmanski – 128db
Hélène Cascaro
Jérôme Dorkel
Jean-François Badias