Quand on parle de circuits courts dans une métropole comme Strasbourg, on parle bien sûr aussi d’agriculture périurbaine. La ville et ses alentours regorgent de possibilités et de trésors à boire et à manger et les alternatives à la grande consommation sont nombreuses : marchés, livraisons groupées et organisées provenant de petits producteurs, paniers de fruits et de légumes, AMAP, vente à la ferme…

Favoriser les circuits courts, c’est se reconnecter à l’authenticité et à notre terroir, agir sur la santé en donnant accès à une alimentation de meilleure qualité avec des produits frais et soutenir l’emploi local avec des salariés qui vivent et produisent sur notre territoire.

Camille Tinat-Muller est résoptimist. Une de ses expertises concernant Strasbourg est le bien manger. Elle nous raconte son sourcing de bonnes adresses pour s’alimenter en circuits courts et son « europtimisme ».

Bien-vivre, bien-être et bien manger

Voilà les qualificatifs qui me viennent à l’esprit quand je parle de ma ville. Strasbourg est ma ville depuis toujours et je m’y sens bien. Une ville moderne et pleine de vie dans laquelle se faire plaisir sainement est possible.

Je suis mobilisée pour promouvoir Strasbourg comme terre nourricière, et croyez-moi, elle est riche !

Mettre du bon sens dans nos assiettes

Pour moi, c’est devenu une priorité ces dernières années et encore plus ces derniers mois. Bien sûr que des fraises en plein hiver est tentant. Que des tomates toute l’année pourrait nous simplifier les menus. Pour autant, Dame Nature n’est pas de cet avis. Et quel plaisir d’attendre les premiers rayons du soleil alsacien pour savourer la première tarte à la rhubarbe et l’entrée dans l’été pour déguster des abricots du verger.

Le respect des produits locaux, des saisons, c’est se réjouir à chaque saison de son lot de fruits et légumes du moment. Avec des coopératives d’agriculteurs qui fleurissent un peu partout à Strasbourg et dans les proches environs, bien manger est à la portée de tous.

Mes producteurs locaux à Strasbourg

Sans pour autant tomber dans des diktats et des contraintes trop grandes (les fruits et légumes bien sourcés des supermarchés peuvent très bien dépanner et nous permettre de concocter de bons petits plats), quel plaisir d’aller faire son marché chez les producteurs locaux et de rentrer les bras chargés de délicieux produits frais.

Et pour cela, je vous donne mes quelques adresses fétiches :

  • Les paniers de chez Marmelade : des courses en ligne, 100 % locales, en circuit-court, directement livrées à domicile. Vous y trouverez des fruits et légumes, bio pour la plupart, des produits d’épicerie sucrée et salée, mais aussi des pâtisseries, de la boulangerie, quelques produits de traiteur … pour des paniers locavores des plus gourmands.
  • Les courses en direct de la ferme au Jardin de Marthe à la Roberstau : une exploitation maraichère familiale bio à quelques pas du centre ville de Strasbourg qui cultive avec attention et amour les fruits et légumes de saison, et qui propose aussi une sélection pointue de gourmandises locales de petits producteurs des environs.
  • La coopérative d’agriculteurs Hop’la à Oberhausbergen : une sélection de produits fermiers en plein coeur de la campagne alsacienne en direct des agriculteurs (boulangerie, fruits et légumes, boucherie et charcuterie, poissonnerie, épicerie sucrée et salée, fleuriste, …) – l’embarras du choix pour se concocter de délicieux repas de saison.
  • La vingtaine de marchés alimentaires de quartiers qui s’installent un peu partout au fil de la semaine sur les places principales de Strasbourg : où je craque régulièrement pour quelques fleurs, des herbes aromatiques pour mon balcon, des gourmandises du traiteur chinois ou marocain, des olives ou du bon pain frais. On se fait plaisir avec de bons produits.
  • Le marché fermier de la Nouvelle Douane au centre ville de Strasbourg : qui fait entrer les produits de la ferme directement en plein coeur de notre ville. Une sélection de produits frais et de saison pour ravir tous les citadins gourmands (maraîchers locaux, brasseurs alsaciens, viticulteurs des environs, boulangers traditionnels …).
  • L’épicerie générale Oh! : avec la même démarche de proposer du bon et du local, l’épicerie ouvre un peu plus loin sa sélection en proposant des produits d’horizons plus éloignés, mais avec toujours une démarche du bon et du bien sourcé. De quoi voyager éthique.

Et pour encore plus d’adresses locales et au plus proches des producteurs, je vous conseille aussi les initiatives suivantes :

  • Le Marché Vert : une carte collaborative qui recense les initiatives locales pour bien se nourrir, en soutenant un modèle paysan vertueux.
  • La Ruche qui dit Oui ! : un réseau de communautés d’achat direct aux producteurs locaux, qui propose des lieux de rendez-vous réguliers pour retirer sa commande et rencontrer les producteurs.

Parce que bien manger, c’est se faire du bien et se plaisir, c’est aussi une vraie démarche citoyenne porteuse de convictions fortes ! A vos assiettes !

Auteur : Camille Tinat-Muller

Date de publication : 2 juin 2021

Crédit photo : Geneviève Engel (photo de couverture)
Philippe Stirnweiss (Le Jardin de Marthe à Strasbourg)